alexandra en martinique

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

8 novembre, 2010

Fort-de-France, ville capitale…

Classé dans : La vie en Martinique — alexandracha @ 14:34

C’est la devise des « foyalais » (habitants de Fort-de-France).

 img2554.jpg

C’est la ville principale de l’île, surplombé par le massif volcanique des Pitons du Carbet. Commune qui ne cesse de s’étendre au fil des décennies, jusqu’à toucher les villes du Lamentin et de Schoelcher. Au premier abord, on est surpris par ces constructions anarchiques à flanc de morne. C’est aumilieu des années 1970 que la moitié des constructions de Fort-de-France ont été réalisées sans autorisation. Ainsi des quartiers insalubres ont émergés, un des plus impressionnant accroché au Fort Desaix, est Trenelle Citron.

 photoskarine006.jpg photoskarine011.jpg medfortdefrancevisoterra252261.jpg

Détruite à plusieurs reprises par les éléments naturels (tremblement de terre en 1839, cyclone en 1891) et par des incendies, Fort de France offre un patrimoine relativement récent. On y trouvera cependant quelques beaux édifices et monuments religieux.

La Bibliothèque Schoelcherest un édifice à structure métallique datant de la fin XIXe siécle d’inspiration romano-byzantin. Construite sur les plans de l’architecte Henri Picq, elle fut d’abord présentée à l’Exposition Universelle de 1889 à Paris, avant d’être démontée et transportée par bateau jusqu’à Fort de France.  Avec sa coupole et ses façades colorées, la bibliothèque Schoelcher est sans doute le plus beau monument de la ville.

 688181.jpg  img0203.jpg

La Cathédrale Saint-Louisédifiée en 1671 a été détruite à plusieurs reprises. L’édifice actuel fut presque entièrement reconstruit en 1978 dans sa version fin XIXème. L’intérieur surprend par sa clarté et ses vitraux qui retracent l’histoire de la ville.

dscn0043.jpg  Fort-de-France, ville capitale... dans La vie en Martinique

En contournant le parc de la Savane, le Fort Saint Louisest une construction en pierre qui remplaça au XVIIe siècle un premier fortin édifié en bois. Cette nouvelle construction devait défendre l’île des attaques britanniques. Le fort fut progressivement abandonné jusqu’à être transformé en zoo au cours du XIXe siècle. De cette période persiste quelques iguanes vénézéliens. A présent propriété de l’armée, le Fort est une base militaire en activité dont les portes sont ouvertes aux visiteurs une fois par an.  

img0211.jpg  img2561.jpg

Esplanade réservée aux exercices militaires au XIXe siècle, la place de la Savaneest aujourd’hui un  vaste espace paysager situé près du front de mer. Elle  se prête à de nombreuses cérémonies régulières et évènements historiques. Longtemps en travaux en vue d’une réhabilitation bien méritée, elle se distingue par ses superbes palmiers royaux et aménagement pour les familles en ballade. Vous pourrez notamment y voir une statue de l’Impératrice Joséphine, native de la Martinique (diversement appréciée, à cause de la réputation d’esclavagiste qu’on lui attribue, la tête de la statue disparaît lors d’un attentat en septembre 1991, et n’est toujours pas remplacée), ainsi que celle de Belain d’Esnambuc, premier aventurier français débarqué sur l’île.

5762624l1.jpg statuejosephine1.jpg La Promenade

Dans la rue Victor Schœlcher se trouve l’ancien palais de justice, construit en 1906. Au centre du jardin trône la statue de Victor Schœlcher, marchant sur les chaînes d’un jeune esclave, qu’il guide vers la liberté et l’instruction. Des retentissants procès se sont tenus ici. Le palais est appelé à devenir un lieu de mémoire et d’expositions.

 lesmusees051.jpg

La construction de l’ancienne mairie a débutée en 1884 sur les ruines d’un hospice civil. Elle s’est terminée en 1901 après avoir connu un incendie (1890) et un cyclone (1891). Elle abrite aujourd’hui le théâtre, les services municipaux ayant été transférés dans le nouvel Hôtel de ville en 1980.

6080772mx1.jpg  5762766mx1.jpg 3596586mx1.jpg

Reconstruite en béton armé, entre 1925 et 1928, la Préfecture de la Martinique remplace le bâtiment en bois du palais du gouverneur qui devient préfecture en 1946, après la départementalisation. En 1990, en raison de l’intérêt historique et culturel, elle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques (façades inspirées du Petit Trianon de Versailles, les toitures et les deux bâtiments administratifs qui bordent l’allée d’honneur).

5978591mx1.jpg 5978581mx1.jpg 5978579mx1.jpg 

C’est une commune très étendue puisque certains quartiers comme Balata sont très éloignés du centre-ville. C’est en montant la route de la Trace que se dresse sur le morne Savon dans la végétation luxuriante l’église du Sacré-Coeur de Balata. Oeuvre de souscription publique, elle se veut une réplique au cinquième de la basilique Montmartre de Paris. C’est l’une des premières constructions en béton armé de la Martinique, dont les travaux débutent en 1923 et s’achèvent en 1925 sous la direction du Père spiritain Bernard Arosteguy. Elle domine les quartiers proches et offre un spectacle extraordinaire tous les soirs dès 18h lors de sa mise en lumière.

 dscn2750.jpg img3389.jpg     

Point dominant de la ville basse qui se détache de l’ancien morne Cartouche, le calvaire est un haut lieu religieux sur lequel se trouve la chapelle du Calvairequi a donné son nom au quartier. Construit vers la fin du XIXe siècle, l’édifice religieux est béni le 5 juillet 1874, puis restauré en 1935 pour les cérémonies du Tricentenaire du rattachement de la Martinique à la France. Charmante halte panoramique, le site offre un point de vue intéressant, apte à séduire les photographes et autres amateurs de paysages.

calvaire.jpg

C’est dans le cadre de sa réhabilitation que le projet de réalisation d’un centre commercial  est né.  Cour Perrinon a pour but de redonner un souffle au cœur de la ville capitale. C’est après de longs mois de travaux qu’il a ouvert ses portes avec une centaine de magasins (surface alimentaire, une librairie généraliste, une galerie de vêtements, un magasin pour les enfants et des points de restauration…). Mais le plus indéniablement, c’est d’y avoir un parking souterrain bien pratique dans le centre ville où se garer n’est pas toujours aisé.

 120pxfortdefrancecentrecommercial1.jpg  3460059191.jpg

Fort de France surprend le visiteur par son effervescence. Dès le lever du soleil, les taxis-co déversent des flots de martiniquais venus de toute l’île. Découvrir Fort de France, c’est aussi se plonger dans l’ambiance de ses marchés. Réunis dans le centre ville, chacun a sa spécialité : Epices, Fruits & Légumes, Poissons. Tout y est, c’est un concentré d’ odeurs inimitables : les épices (curcuma, gingembre, poudre à colombo, gousse de vanille…), fruits et légumes locaux (ananas, avocat pays, christophines, bananes…) mais aussi l’artisanat local (en feuille de bananier, noix de coco, poupées martiniquaises, bijoux fantaisies, tissu comme le madras…).

 Marché du diamant toujours le sourire Le Marché Ça sent bon

Le centre de Fort-de-France, très bien quadrillé, compte de nombreuses rues commerçantes. Son architecture n’est pas particulièrement intéressante, mais vous dénicherez peut-être, au cours de vos déambulations, de belles demeures colorées.

Façades colorées Façade colorées... Façade colorées...

Bonne visite…

 

Mon blog |
Le chat mallow Mali 2 |
le bout du monde ou l'île d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Souterroscope de Baume O...
| Riad Imourane
| Carnets de New York